Parité – Un mouvement progressiste…

La vie politique Française bien que dotée d’une législation paritariste reste largement représentée par la gent masculine, c’est un fait.

Depuis juillet 1999, la loi « favorise l’égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives ».

La loi du 6 juin 2000 elle, contraint les partis politiques à compter moitié de candidates pour les élections qui ont lieu au scrutin de liste (municipales, régionales, européennes et sénatoriales dans les départements qui élisent plus de quatre sénateurs).

Il se trouve cependant que l’égalité est loin d’être établie et à la lumière de certains chiffres quelques lignes de force apparaissent.

Concentrons-nous sur le tissu local qui nous est proche et très représentatif de l’ensemble de la situation.

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, la part des femmes conseillères municipales est de 34,80 % alors en tant que Maires, nous les retrouvons tout juste à 13,90 %.

Dans le même temps, il se trouve que plus la commune est importante et plus le pourcentage des femmes parmi les conseillers municipaux augmente.

La part des femmes élues dans les conseils régionaux était en 2011 de 48 % alors qu’il n’existe qu’un très faible pourcentage pour les présidentes de ces mêmes conseils.

En outre il est heureux et juste de constater la constante augmentation de la part des femmes en politique quelle que soit leur niveau d’investissement depuis 1950.

Il est donc clair, après ce petit « état des lieux », qu’il existe bel et bien un mouvement progressiste en la matière. Bien qu’insuffisant, ce mouvement est d’autant plus marqué que la commune ou l’institution est importante ou plus moderne. En revanche, au sein d’une même entité, nos chères élues sont beaucoup moins représentées aux niveaux des postes de direction ou même des postes à responsabilité.

Ce constat, cette réflexion, ne sont pas d’ordre doctrinaire ni même d’ordre idéologique et il faut dire que les choses avancent… Lentement.

Cette gageure de ramener à la parité le nombre de nos élus, mais aussi d’éviter les contournements subreptices en regard des poste à responsabilité, honorerait notre société et j’en suis sûre embellirait notre destin. Il est donc bien évident que je m’inscris dans cette dynamique en pleine conscience.

Par ailleurs, dans l’exercice de mes responsabilités, il m’est heureux de côtoyer de nombreux citoyens de tous âges, de nombreux élus notamment de nouvelle génération et ce partage me confirme, jour après jour, que cette égalité fait maintenant parti du champ des possibles.

Allons donc ensemble vers l’avenir.

Delphine Philippeau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s